Bennecourt, berceau de mes ancêtres Pernelle

Situation

Bennecourt est une commune rurale qui se trouve dans la partie nord-ouest du département des Yvelines, sur la rive droite de la Seine et sur le penchant d’une colline orientée assez au sud. Elle est également très proche des département de l’Eure et du Val-d’Oise.

Plan de Bennecourt

Plan de Bennecourt, en 1899 – Source : Archives départementales des Yvelines, 1T mono 2/6

Les communes qui la limitent sont : au nord, Gommécourt ; à l’est, Freneuse ; au sud, Bonnières-sur-Seine ; au sud-ouest, Jeufosse ; à l’ouest, Port-Villez et au nord-ouest, Limetz-Villez.

Outre le bourg principal, elle compte deux hameaux : Gloton et Tripleval.

La commune est riveraine de la Seine sur environ 5km et englobe plusieurs îles :

  • la Grande île
  • la Lorionne
  • l’île de la Flotte, prolongée par l’île de Merville.

Suite à la Révolution française et au découpage en département, districts, cantons puis communes, Bennecourt appartient au département de la Seine-et-Oise (et ce jusqu’en 1968), du district de Mantes et du canton et bailliage de la Roche-Guyon jusqu’en 1801. Elle fait en outre partie du diocèse de Rouen. Elle dépend par la suite du canton de Bonnières-sur-Seine.

Population

Les habitants de Bennecourt s’appellent les Bennecourtois.

La commune a été longtemps la plus forte en population, concernant le district de Mantes. Elle a même reçu pendant un temps le surnom de « Bennecourt-la-grande-paroisse ». En 1872, Bonnières la dépasse par suite de l’ouverture de plusieurs usines (notamment l’usine à pétrole de la société Lille et Bonnières, l’usine Gentil, fabrique d’engrais et une plâtrerie) qui nécessitent l’immigration d’un grand nombre d’ouvriers et en particulier de bretons. La population diminue de près de la moitié de 1817 à 1896 (-531 habitants). En effet, les jeunes partent de leur vie rurale et difficile pour des professions plus rémunératrices.

L’instituteur de Bennecourt, dans sa monographie de 1899 (source : Archives départementales des Yvelines, 1T mono 2/6) :

« Souvent les noms des personnes sont accompagnés de surnoms et de sobriquets. Quelques-uns s’expliquent par suite du grand nombre d’habitants portant le même nom et le même prénom. C’est ainsi qu’il y a actuellement à Bennecourt 9 personnes appelées PERNELLE Eugène.

Pour les distinguer, il est nécessaire d’ajouter à leurs noms le surnom de leurs ancêtres ou le prénom de leur père ; exemples : Pernelle Eugène, maçon ; Pernelle Eugène, fils Rémy ; Pernelle Eugène dit Dumoisson ; Pernelle Eugène dit Brune etc. »

Divertissement, manifestations culturelles et festivités

« Les jeux et les divertissements les plus en usage sont : le tamis, le domino, le billard, les cartes (écartés, piquet, manille etc.) pour les jeunes gens et les hommes et le bal pour les jeunes filles. »

Les fêtes sont en honneur et chaque hameau à la sienne :

  • la Saint-Ouen, à Bennecourt
  • la Saint-Jean, à Gloton
  • la Saint-Sauveur, à Tripleval.

La fête des Ponts : le 24 août 1884 eu lieu l’inauguration des 2 ponts routiers sur la Seine. Auparavant, la communication avec Bonnières se faisait uniquement par bac. La commémoration s’est continuée chaque année à la même date (Les ponts sont détruits en 1940 et reconstruits après guerre).

Fête des ponts, en 1899

Programme de la Fête des ponts, en 1899 – Source : Archives départementales des Yvelines, 1T mono 2/6

Lieux et monuments

  • A Bennecourt, l’église Saint-Ouen, datant de la fin du XIVe siècle
  • Le Fanum, vestiges d’un sanctuaire gallo-romain
  • A Tripleval, une chapelle de culte catholique (existance avant la Révolution)
  • Un Temple protestant (qui n’est plus en activité)

Histoire

Le nom de Bennecourt trouverait son origine à l’époque gallo-romaine, un sanctuaire gallo-romain a d’ailleurs fait l’objet de fouilles par le service archéologique du département (voir article dédié).

Au Moyen-Âge, Bennecourt de par sa proximité de la Seine et de Paris, connaît les invasions des vikings qui résident sur l’île de la Flotte.

Elle fera par la suite partie de la Seigneurie de la Roche-Guyon.

A noter, de célèbres visiteurs ont séjourné à Bennecourt, la plupart au hameau de Gloton, tels que Charles Daubigny, Cézanne et Claude Monet. Ce dernier y a peint l’oeuvre « La rivière, la Seine à Bennecourt ». Emile Zola a également séjourné à Gloton, Bennecourt apparaît d’ailleurs dans certains de ses écrits.


Sources complémentaires

Pour en savoir plus, quelques ouvrages disponibles en salle de lecture, aux Archives départementales des Yvelines :

Collection des Archives départementales :

  • BR 2325  ANNE (Albert), Les invasions Normandes dans la région de Bonnières aux IXe & Xe siècle, Luçon, Drapeau-compo, 1979
  • BR 2306  WALTER (Rodolphe), Zola à Bennecourt en 1867 : quelques aperçus nouveaux sur « Thérèse Raquin », Cahiers naturalistes, 1965
  • BR 2307  WALTER (Rodolphe), Zola et ses amis à Bennecourt (1866), Les cahiers naturalistes, 1961
  • BR 2830  WALTER (Rodolphe), Zola, la Commune et Bennecourt, Le Mantois (n°22), 1971

Fonds documentaire sur l’archéologie :

  • L78 BONN 000 011 BEN  BENHADDOU (Sophie). – Inventaire archéologique du canton de Bonnières-sur-Seine, de Bennecourt à Gommecourt ( volume 2/A). .- Paris : S.n, vol. 2/A, 1987 : fiches
  • L78 BENN 300 041 BOU  BOURGEOIS (Luc). – Le sanctuaire rural de Bennecourt (Yvelines) : du temple celtique au temple gallo-romain. .- Paris : MSH (Maison des Sciences de l’Homme), 1999, 217 p. : ill. (Documents d’archéologie française (DAF)) (77)
  • 300 042 FAU  FAUDUET (Isabelle). – Les temples de tradition celtique en Gaule romaine. .- Paris : Errance, 1993, 159 p. : ill. (Hespérides)
  • L78 300 014 BOU  BOURGEOIS (Luc). – Rapport préliminaire n°3 : Bennecourt et Limetz-Villez : « La butte du Moulin à Vent ». in :Annales Historiques du Mantois.- Mantes-la-Jolie : Centre régional d’études historiques, vol. 12, 1983, pp. 79-86 : ill.
  • L78 LIME 300 014 COL  COLLECTIF. – Fouilles archéologiques : « Bosse Marnière » à Limetz-Villez, « Moulin à vent » à Limetz-Villez/Bennecourt. in :Le P’tit Carcaïen.- Limetz-Villez : ADIC, 1983, pp. 4

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Bennecourt, berceau de mes ancêtres Pernelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s