4

Gadoue : découvrir le cimetière de Bennecourt et son fossoyeur

Le cimetière de Bennecourt se trouve dans un premier temps autour de l’église. Entre 1870 et 1874, la translation du cimetière a lieu. Il se trouve depuis rue de Limetz, à environ 500 mètres de l’église.

En faisant des recherches sur le cimetière, j’ai trouvé LE document dont je n’aurais jamais été cherché, un coup de chance!

Grâce à ce document, j’apprends que mon aïeul, Jean Baptiste Georges Gabriel Pernelle, a été fossoyeur. Ce dernier a donc du être plus d’une fois dans la gadoue… Ce document me renseigne également sur les différentes profondeurs et largeurs des concessions et sur le fait qu’elles étaient gérées alphabétiquement. J’y apprends également les sommes que mon aïeul pouvait espérer recevoir dans ses fonctions.

2021_2

Extrait de l’arrêté de nomination de Jean Baptiste Georges Gabriel Pernelle en tant que fossoyeur, à Bennecourt – Source : Archives départementales des Yvelines, 2O21 2

Transcription de l’arrêté de nomination de Jean Baptiste Georges Gabriel Pernelle en tant que fossoyeur à Bennecourt le 13 mai 1893. Document issu du dossier de la tutelle de la préfecture sur la gestion de l’administration communale de Bennecourt, concernant le cimetière – Source : Archives départementales des Yvelines, 2O21 2 :

Extrait du Registre des arrêtés du Maire :

Police du Cimetière

 

Le Maire de la commune de Bennecourt :

Vu l’article 16 du décret du 23 prairial an XII qui place sous la surveillance spéciale de l’autorité municipale, la police des cimetières et lieux de sépulture ;

Vu la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles et les articles 10, 11, 12, 13, 14 et 15 du décret du 27 avril 1889;

Vu les articles 88, 92, 93, 94, 95, 96 et 97 de la loi du 5 avril 1884 ;

 

Arrête :

Article 1er : Le sieur Pernelle Jean Baptiste Georges Gabriel est nommé fossoyeur au cimetière de la commune de Bennecourt

Article 2 : Il percevra pour chaque fosse, savoir :

1° Pour les personnes âgées de dix ans et au-dessus la somme de sept francs (fosse remplie)

2° Pour les enfants âgés de moins de dix ans, la somme de quatre francs (fosse remplie)

3° Pour les personnes indigentes, la perception sera d’un demi-droit sur le tarif ci-dessus (au compte de la commune)

Article 3 : Chaque fosse aura une profondeur de un mètre cinquante centimètres pour les enfants et de deux mètres pour les personnes adultes, avec une largeur de soixante quinze à quatre vingts centimètres. Toute fosse creusée dans d’autres conditions de profondeur ou de largeur, sera payée sur les bases suivantes :

Pour une profondeur de 2m50, la rétribution sera de neuf francs.

Pour une profondeur supérieure à 2m50 jusqu’à 3 mètres le prix sera de douze francs.

Pour une largeur plus grande que 0m80, il sera attribué au fossoyeur une augmentation de un franc par décimètre de largeur.

Article 4 : Chaque fosse devra être remplie par le fossoyeur de terre bien foulée, sans pouvoir exiger d’autres prix que ceux fixés aux articles 2 et 3.

Article 5 : L’exhumation de restes à enlever du cimetière pour les transférer dans un autre fosse ou concession donnera droit au fossoyeur à une rétribution de dix francs (l’ancienne fosse également remplie).

Article 6 : Lorsque le concessionnaire d’un terrain ne voudra pas s’aboucher avec le fossoyeur, il s’adressera au Maire qui se chargera de faire exécuter la fosse dans les conditions exigées par le réquérant

Article 7 : Les inhumations dans l’endroit réservé aux fosses communes se feront dans les formes suivantes de manière à placer les corps en familles savoir :

Section D, à gauche (nord)

n°1 à 12 inclusivement

pour divers

n°13 à 24 id

Lettre A

n°25 à 35 id

B

n°36 à 54 id

C

n°55 à 60 id

F

n°61 à 84 id

G

Section D, à droite (sud)

n°85 à 108 inclusivement

Lettre D

n°109 à 126 id

H

n°127 à 132 id

J

n°133 à 144 id

Landrin

n°145 à 156 id

Lecler

n°157 à 168 id

L noms divers

Section C

n°1 à 11 inclusivement

Lettre Monnier

n°12 à 22 id

M divers

n°23 à 33 id

Normand

n°34 à 38 id

Nicot

n°39 à 44 inclusivement

Lettres non désignées

Section B

n°1 à 22 inclusivement

Lettre Pernelle

n°22 à 33 id

P divers

n°34 à 44 id

R et S

Fait à Bennecourt, le 13 Mai 1893.


Pour le petit clin d’oeil, dans le cadre de ma contribution au projet de Geneanet « Sauvons nos Tombes », j’ai mis en ligne quelques photos de sépultures (et c’est pas fini!), vous pourrez les retrouver ici.

7

S comme … Schneider

Je ne peux pas faire le challenge sans parler un peu de mon grand-père René. Nous ne nous sommes jamais rencontrés vu qu’il est décédé avant ma naissance.

René Victor Joseph SCHNEIDER (1907–-1976)

Il né le 7 août 1907 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), ses parents habitent alors rue des Marcadets à Paris 18e.

grand_père_SCHNEIDER

Son père et lui (avec peut être l’aide de ses frères) construisent leur future maison dans le quartier de la Pie à Saint-Maur-des-Fossés.

Il s’engage volontairement pour 3 ans et fait son service militaire au régiment des sapeurs pompiers de Paris du 5 octobre 1927 au 3 octobre 1930.

rene schneider pompier

Il se marie avec Marthe Germaine Nicollet (ma grand-mère) le 22 mars 1930 à Saint-Maur-des-Fossés où ils vivent avec mes arrières-grands-parents « au 14 » (14 rue Galilée).

grands_parents_SCHNEIDER

Ils auront 8 enfants entre 1930 et 1953.

Lors de la 2nde guerre mondiale, il est rappelé à l’activité du 31 août au 16 octobre 1939 auprès des sapeurs pompiers de Paris.

Germaine (c’était son prénom d’usage, allez savoir pourquoi, je trouve Marthe nettement plus joli!) décède le 16 février 1957.

Il se remarie avec Julienne Vallée puis divorce 10 ans plus tard.

Il aura une concubine « Jeannette » qui s’occupera de lui jusqu’à son décès le 6 décembre 1976.


Son métier premier était plombier. Il était également couvreur, zingueur et fumiste.

René et son frère Roger

René et son frère Roger

Mon père me dit qu’il a également été marchand de frites, casseur, qu’il a travaillé sur des toitures d’églises en Alsace et à Marseille après la 2ème guerre mondiale.

Il a également été déménageur avec son frère Roger (Mort pour la France en 1941). Lors de la 2ème guerre mondiale, il s’est fait réquisitionné ses 2 camions. Enfin un seul, vu qu’il avait démonté intégralement le 2ème (ahahah sacré grand-père).

pere schneider et sa mecanique

Il parlait aussi le louchébem, la langue des bouchers. Pourquoi? je ne sais pas, surement parce qu’il a fréquenté les Halles pendant une période…

Bref mon grand père était un sacré personnage! J’adore quand mon père me parle de lui …

3

C comme … Cochin

Signature Cochin

Ma branche Cochin s’est longtemps résumée à deux personnes : mon arrière-grand-mère paternelle Augustine Louise et son père Isidore Augustin.

Ils m’ont posé problème vu qu’ils étaient situés en Île-de-France et qu’ils avaient la bougeotte. J’ai même été jusqu’à contacter les archives de la Poste, Isidore Augustin ayant été facteur des postes a une époque, mais malheureusement ils n’avaient rien sur lui.

Finalement, je ne sais plus par quel miracle, j’ai réussi à me débloquer et j’ai découvert les fiefs d’origine de cette branche : Rosay, Septeuil, Arnouville-lès-Mantes et quelques autres communes aux alentours.


Focus sur Jean et Pierre Cochin (père et fils) qui ont été jardinier au château de Rosay. je n’ai pas encore appris grand chose sur eux. Mais j’ai réussi à confirmé que Pierre Cochin exerçait bien cette fonction grâce au cueilloir de la terre de la seigneurerie de Rosay :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Archives Départementales des Yvelines, E Sup 357

J’ai également rencontré quelques beaux documents concernant le château de Rosay, notamment un plan détaillé de ce château et de ses jardins :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Archives Départementales des Yvelines, E Sup 359

J’ai vu que ce château était visitable durant les journées du patrimoine, si cela s’avère exact ce sera dans mon programme 2015 …