0

N comme Nonancourt

Socrate Roger Percebois est un collatéral, il est le frère de mon arrière-grand-mère, Germaine Charlotte Céline Percebois.
Socrate naît le 31 janvier 1900 à Nonancourt (Eure) de Germain Juste Percebois et Marie Renée Le Levrier. Sa famille déménage sur Évreux dans les 4 années suivantes. Il est issu d’une fratrie de 8 enfants : 6 garçons et 2 filles.
Socrate est un patriote. Il s’engage d’ailleurs volontairement pour une durée de 4 ans le 28 août 1918 à la mairie d’Évreux.
Il effectue son service militaire dans plusieurs régiment de Génie. Il sera libéré du service actif le 28 août 1922.
Il se mariera d’ailleurs le 2 décembre 1922 à Évreux avec Jeanne Alphonsine Joséphine Breard.
Le 6 avril 1930, il est affecté spécial en tant que facteur mixte à Bueil, au titre de la Compagnie des Chemins de fer de l’état.
Le 18 novembre 1931, il est dégagé de toute obligation militaire vu qu’il est père de 5 enfants. Il en aura 10 en tout.
Lors de la seconde guerre mondiale, il servira la Résistance, d’abord en qualité d’agent P.I du 20 mai 1942 au 30 septembre 1944 au réseau « Action Vengeance » des F.F.C.
Il a ensuite servi dans les F.F.I. du 1er juillet au 25 août 1944 dans la formation « Eure libé nord Évreux ».
Il participera activement à la libération de la ville d’Évreux. Il sera d’ailleurs blessé au visage par une mine le 23 août 1944 à Melleville alors qu’il se portait à la rencontre des troupes américaines.
PERCEBOIS_Socrate_6FI 1005

3 F.F.I., Messieurs Cornu (préfet de l’Eure), Socrate Percebois (chef d’arrondissement d’Evreux) et Louis Hermier à la Préfecture de l’Eure – Source : Archives municipales d’Evreux, 6Fi1005

 

Il aura plusieurs distinctions :
– Citation « Chef militaire du groupe SNCF de l’Eure puis chef d’arrondissement à Evreux […] à l’éxécution du « Plan Vert » […] et destruction sur les voies ferrées. A participé aux opérations de la libération d’Evreux au cours de laquelle il a été blessé
– Croix de guerre avec étoile de bronze
– Croix du Combattant Volontaire 1939-1945
– Médaille d’Or d’Evreux

Ses descendants ont réalisé une cousinade il y a quelques années.

IMG_20160514_132011


0

I comme Irai

La quête des origines du couple François Vallée et Marie Joséphine Léger m’a mené sur 3 départements différents.
Je les ai croisé pour la première fois pour le mariage de leur fille Alexandrine Eugénie avec Adolphe Victor Dufour le 9 janvier 1860 à Saint-Nicolas-d’Attez (Eure).
Via l’acte de mariage j’apprends qu’Alexandrine Eugénie est née le 27 janvier 1835 dans la commune de Moussonvilliers (Orne). Ses parents y habitent d’ailleurs encore. Un des témoins se trouve être le frère d’Alexandrine : Toussaint, 27 ans, qui habite à Saint-Christophe-sur-Avre (Eure).
Leur fille étant née à Moussonvilliers, j’ai recherché leur mariage dans cette commune mais cela aurait été trop simple.
J’ai leur ai trouvé 6 enfants nés entre 1827 et 1845 à Moussonvilliers mais aucune trace de leur mariage.
Loin de me laisser abattre j’ai mené l’enquête par l’autre bout : la recherche de leurs décès.
Bien entendu ils ne sont pas décédés à Moussonvilliers cela aurait trop facilité la tâche. Il m’a fallu chercher les mariages et décès de certains des enfants pour les pister.
Il ressort que le couple a vécu d’environ 1827 à au moins 1860 à Mousssonvilliers. Lors du décès de leur fils François Toussaint en 1871, ils habitaient à Saint-Christophe-sur-Avre (Eure) et en 1872, lors du deuxième mariage de leur fille Marie Joséphine, ils habitaient à Rohaire (Eure-et-Loir). François y est d’ailleurs décédé le 27 mars 1875. Je n’ai pour l’instant pas trouvé le décès de sa femme.
L’acte de décès de François m’a permis de connaitre sa commune de naissance qui se trouve être la commune de Irai (Orne).
AD28_Roahire_3E316_008_vue54_VALLEE_Francois_D_2

Décès de François Vallée – Source : Archives départementales d’Eure-et-Loir, 3E316/008, vues 53 et 54

J’ai donc centré ma recherche entre les communes de Moussonvilliers et d’Irai pour enfin trouver leur mariage dans la commune de La Poterie-au-Perche (Orne).
4

La mâratre de Fains

 

De retour avec le couple Charles Benjamin Pernelle et Marie-Céline Miserey. Je vous propose de découvrir un pan de leur histoire à travers la presse.

Nous sommes à Fains, commune de l’Eure. Le couple après avoir vécu à Bennecourt (commune des Yvelines) est venu habiter dans cette commune, d’où est originaire la famille de Marie Céline.

Pour rappel, Marie-Céline a subi 6 grossesses en l’espace de 6 ans. Le couple était dans une misère terrible, devant voler des pommes de terre dans un champ, par exemple. Marie-Céline restait souvent seule à la maison avec ses enfants, son mari habitant sur son lieu de travail (à Saint-Aquilin-de-Pacy). Elle avait des problèmes avec la boisson, elle avait d’ailleurs était condamnée pour escroquerie pour récupérer de la nourriture mais aussi de l’eau de vie.  Sa maison ayant brûlée en juillet, elle y a pourtant passé 7 mois avec 5 enfants de moins de 7 ans alors qu’elle n’avait plus de toit. Après 7 mois dans cette misère elle craque et abandonne 4 de ses enfants. Qui pourrait l’en blâmer? la population et la presse apparemment…

L’Avenir de l’Eure, 27 février 1897

Avenir de l'Eure_27 février 1897

extrait du journal L’Avenir de l’Eure du 27 février 1897 (source : Archives départementales de l’Eure, 55X378)

La Marâtre de Fains
Mercredi soir, une femme nommée Pernelle, habitant à Fains, canton de Pacy-sur-Eure, conduisait quatre de ses enfants devant la maison du maire et les abandonnait là. Les deux plus petits, âgés de huit mois et de deux ans, étaient couchés dans une petite voiture ; les deux autres, dont l’aîné compte à peine cinq ans, se tenaient auprès de leurs petits frères. Le plus âgé avait à la main un billet contenant ces mots adressés à l’honorable maire de Fains, M. Ledoux : « Je vous envoie mes enfants, faite-en ce que vous voudrez ». Les cris des petits attirèrent bientôt les voisins et ce fut une indignation chez tous les habitants du pays en apprenant ce qui venait de se passer.
M. Ledoux, en homme de cœur, prit chez lui les enfants où ils passèrent chaudement la nuit. La mauvaise mère avait emmené avec elle une fillette de huit ans, qu’elle chérit du reste et qu’elle forme à son image. Cette femme âgée de 28 ans environ a une fort mauvaise réputation ; elle n’a ni ordre ni conduite et se livre à la boisson, laissant ses enfants dans la misère.
Son mari, qui travaille chez M. Barré, à Saint-Aquilin, n’étant que rarement chez lui, paraît n’avoir qu’une responsabilité relative dans l’acte commis, car on croit qu’il ignorait cette mauvaise action.
Après avoir ainsi abandonné ses enfants, la femme Pernelle a passé la nuit fort tranquillement chez une de ses amies de Pacy.
Grâce aux démarches bienveillantes de l’honorable juge de paix de Pacy, les enfants ont été admis provisoirement à l’hospice de cette localité, dès jeudi matin.
D’un autre côté, nous croyons savoir que le parquet d’Evreux poursuivra la triste femme, indigne du titre de mère.
Depuis quelques temps, les abandons d’enfants se produisent trop souvent ; il serait bon que la justice sévit avec énergie. De pareilles femmes ne sont pas dignes de pitié et nous demandons, quant à nous, une peine sévère contre la marâtre de Fains.

Le Courrier de l’Eure, 4 mars 1897

Courrier de l'Eure_4 mars 1897

extrait du journal Le Courrier de l’Eure du 4 mars 1897 (source : Pavillon Fleuri, Evreux)

Pacy – Les époux Pernelles habitaient à Fains, une maison incendiée le 25 juillet dernier et dont il ne restait plus que la cheminée, les quatre murs et le plancher. Cette maison ayant été vendu, les époux Pernelle durent quitter Fains, ce dont personne ne se plaignait. La femme partit donc un jour de la semaine dernière, emmenant ses cinq enfants. Elle alla jusqu’à Boudeville*, où travaille son mari, et , après entente avec ce dernier, elle revint à Fains vers huit heures du soir avec ses enfants.
Arrivée devant la maison de M. Ledoux, maire, elle laissa là quatre de ses plus jeunes enfants et se sauva aussitôt, sans dire à personne, emmenant sa fille aînée, âgée de sept ans. Le maire entendant les cris des pauvres abandonnés, les recueillit pour la nuit et les conduisit le lendemain à Pacy, où, par l’intermédiaire du juge de paix, ils ont été admis provisoirement à l’hospice jusqu’à leur admission à l’Assistance publique. M. le préfet et M. le procureur ont été aussitôt avisé du fait.
On ne saurait trop blâmer la conduite indigne de ces parents dénaturés, qui ont d’ailleurs dans le pays une très mauvaise réputation. Ils ont déjà été condamnés tous les deux plusieurs fois.

*Boudeville à Saint-Aquilin-de-Pacy

Courrier de l'Eure_18 mars 1897

extrait du journal Le Courrier de l’Eure du 18 mars 1897 (source : Pavillon Fleuri, Evreux)

Le Courrier de l’Eure, 18 mars 1897 

Tribunal correctionnel d’Evreux, Audience du jeudi 18 mars 1897

– Marie-Céline Miserey, femme Pernelle, 25 ans, journalière à Fains, et Charles Benjamin Pernelle, 36 ans, journalier à Saint-Aquilin-de-Pacy, abandon d’enfants âgés de moins de 7 ans et complicité, 2 mois de prison chacun, déchus de la puissance paternelle (défaut).

 

 


 

Pour en savoir plus :

P comme Pernelle

X comme série X

Décès insolite : Marie Céline Miserey

Félix : Mort pour la France

1

Félix : Mort pour la France

Parmi les quelques morts pour la France lors de la Première Guerre Mondiale présents dans ma généalogie, j’ai choisi de vous parler de Félix. Ce n’est pourtant pas un aïeul direct, alors pourquoi lui? Car Félix avait 2 ans lorsqu’il a été abandonné avec ses frères et sœurs, il a donc eu un début de vie un peu compliquée…

Félix Amédée Benjamin Pernelle est né le 6 mai 1895 à Fains (Eure) de Charles Benjamin Pernelle et Marie Céline Miserey (pour en connaitre un peu plus sur sa famille, voir les articles P comme Pernelle, X comme Série X, Acte insolite : décès de Marie Céline Miserey).

Félix a eu de nombreux lieux d’habitation dans sa vie : les placements en nourrices puis en familles/patrons entrecoupés de quelques séjours à l’hospice.

Avant d’être envoyé sous les drapeaux, Félix écrit à l’Inspecteur :

Roman le 2 novembre 1914
Monsieur l’Inspecteur
Comme je suis appelé sous les drapeaux et que je suis bon pour le service je vous prie de bien vouloir m’accorder ma gagne que j’ai entre vos mains et maintenant je me considère comme majeur je tiendrais à pouvoir disposer de mon argent pour mes besoins. Je vous prie de me répondre de suite si je peux la toucher car je m’attends partir d’ici peu de temps. Recevez Monsieur mes Sincères Salutations.
Votre Pupille
Pernelle Félix à Roman Eure

Au début de son engagement il a l’occasion d’écrire deux fois à l’Inspecteur. La dernière lettre est écrite seulement 2 semaines avants son décès.

Rouen le 22 Décembre 1914
Monsieur
Je vous envoie de mes nouvelles pour vous faire savoir que je sui arrivé sous les Drapeaux. J’ai quitté ma place pour aller verser mon sang pour la France. Je ne sui pas bien malheureux mais je ne suis pas pour il resté je retournerai dans un autre régiment pour Etrépagny et la semaine probablement. Je serrai content que vous me donne l’adresse à Gremont Paul qui est soldat. Et je vous prie de bien vouloir me donner des nouvelles de mes frères et de ma soeur d’ait que je aurrai ecrie qu’and je serrai entré dans ma mon autre régiment qu’a je vouderai bien savoir si mes frères sont sous les Drapeaux avant de partie à la guerre parce que je me voir l’âge de magerite.
Resever mes salutation sinceres.
Voilà mon adresse pour le moment
Félix Pernelle au 14 régiment d’Infanterie 30 Compagnie Dépôt Rouen

Chauvincour le 1 Janvier 1915
Monsieur
Je vous ecrie quelques mots vous faire savoir que je suis arriver dans notre châteaux. vous serrai bien aimable de me donné des nouvelles de mes frère et ma soeur et de celui que je vous dissaient le mome Gremont Paul qui est soldat. Je suis bientôt partir au feu pour défendre mon pays dans 2 ou 3 moi pour y allé au feu. Mes chefs du régiment ma demander a qui il faller écrie en qu’a de danger, je leur est dire qui vous écrive.
Maintenant je ne trouve pluis rien à vous dire pour le moment.
Je vous souhaite a tous une bonne et heureuse année. Recever mes Salutation sincères.
Pernelle Félix
au 74eme régiment d’Infanterie 3eme Compagnie 12eme Escouade à Chauvincour par Etrepagnie Eure

Lui qui pensait aller au feu n’en a même pas eu l’occasion. Il décédera le 16 janvier 1915 à l’hôpital auxiliaire 11bis d’Etrépagny (Eure) des suites de maladie : méningite cérébro-spinale comme l’atteste sa fiche sur le site Mémoire des hommes. Il recevra malgré tout la Croix de guerre.

Chose étonnante : ses deux frères et sa sœur encore vivants apprennent sa mort plus d’un an plus tard …

La Millerette 20-11-1916
Monsieur l’Inspecteur
Excusez moi de la liberté que je prend de vous envoyez cette petite; Ayant mes deux frères en permissions chez moi en ce moment, et comme nous étions sans nouvelle de notre frère Félix Pernelle comme nous ancien pupille de l’assistance publique nous avons était voir ses anciens patrons qui nous ont qu’il était mort des fièvres typhoïdes à un hôpital de Rouen, voila quatorze ans que nous avions était sans nouvelles de lui. Je vous prierait Monsieur de me dire s’il était quitte envers vous de l’assistance publique, au sujet de livret d’argent et d’effets.
Recevez Monsieur l’inspecteur toutes nos salutations distingués.
Marguerite Puren fille Pernelle
Mr Pernelle Alfred
Mr Pernelle Louis
Je vous prierait Monsieur de me faire réponse le plutôt possible.

 

 

6

X comme … série X

Me voila de retour avec le couple Charles Benjamin Pernelle et Marie Céline Miserey.

Cette famille était dans une misère terrible, comme l’atteste la lettre de Charles en date du 23 octobre 1896.

Lettre de Charles Benjamin Pernelle - Archives départementales de l'Eure, 55X400

Lettre de Charles Benjamin Pernelle – Archives départementales de l’Eure, 55X400

Le maire de Fains réalise également un certificat d’indigence pour la famille, où l’on apprend que leur maison a été incendié.

Certificat d'indigence - Archives départementales de l'Eure, 55X400

Certificat d’indigence – Archives départementales de l’Eure, 55X400

Le 18 mars 1897, Charles Benjamin est jugé au Tribunal d’Evreux pour complicité d’abandon d’enfants. Ils étaient surement dans une misère de plus en plus terrible et ont du essayer de placer leurs enfants afin qu’ils mangent à leur faim … Leurs enfants seront aussitôt Pupille de l’Assistance Publique d’Evreux :

  • Marguerite née le 5 janvier 1890 : cote 55X263, n°635
  • Alfred Benjamin, né le 1er novembre 1891 (mon arrière-grand-père) : cote 55X284, n°636
  • Louis Charles Benjamin, né le 23 février 1893 : cote 55X333, n°637
  • Félix Amédée Benjamin, né le 6 mars 1895, décédé le 16 janvier 1915  : cote 55X378, n°639
  • Georges Abélard, né le 18 mai 1896, décédé le 13 juin 1898 : cote 55X400 , n°638
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Archives Départementales de l’Eure – 55×284

Liste des foyers d’accueil de ses 6 ans à ses 9 ans – Archives Départementales de l’Eure – 55X284

A 7 ans, il est insolent et gourmand … comme tous les enfants :

Archives Départementales de l’Eure – 55X284

A 13 ans, il s’enfuit de sa famille d’accueil car il est mal nourri :

Archives départementales de l'Eure, 55X263

Archives départementales de l’Eure, 55X263

A l’âge de 13 ans, sa soeur Marguerite a, elle aussi, des soucis avec sa famille :

Archives départementales, 55X263

Archives départementales, 55X263

Archives départementales, 55X263

Archives départementales, 55X263

6

D comme … Dufour

signature Dufour

Le couple Jacques Dufour et Marie Madeleine Laurent habitent à Saint-Nicolas-d’Attez et Saint-Ouen-d’Attez dans le département de l’Eure. Il est journalier et ils ont 5 enfants : 2 fils et 3 filles.

Nous sommes au début du 19ème siècle, les 3 filles ne se sont pas mariées et ont eu toutes les trois des enfants naturels, deux de ces enfants ont eu également des enfants naturels.

dufour

Je sais qu’à l’époque cela était monnaie courante mais autant d’enfants naturels dans la même famille c’est quand même bizarre. Que s’est-il passé dans cette famille??? Pour l’instant, cela reste un mystère …

St Ouen d Attez NB