0

N comme Nonancourt

Socrate Roger Percebois est un collatéral, il est le frère de mon arrière-grand-mère, Germaine Charlotte Céline Percebois.
Socrate naît le 31 janvier 1900 à Nonancourt (Eure) de Germain Juste Percebois et Marie Renée Le Levrier. Sa famille déménage sur Évreux dans les 4 années suivantes. Il est issu d’une fratrie de 8 enfants : 6 garçons et 2 filles.
Socrate est un patriote. Il s’engage d’ailleurs volontairement pour une durée de 4 ans le 28 août 1918 à la mairie d’Évreux.
Il effectue son service militaire dans plusieurs régiment de Génie. Il sera libéré du service actif le 28 août 1922.
Il se mariera d’ailleurs le 2 décembre 1922 à Évreux avec Jeanne Alphonsine Joséphine Breard.
Le 6 avril 1930, il est affecté spécial en tant que facteur mixte à Bueil, au titre de la Compagnie des Chemins de fer de l’état.
Le 18 novembre 1931, il est dégagé de toute obligation militaire vu qu’il est père de 5 enfants. Il en aura 10 en tout.
Lors de la seconde guerre mondiale, il servira la Résistance, d’abord en qualité d’agent P.I du 20 mai 1942 au 30 septembre 1944 au réseau « Action Vengeance » des F.F.C.
Il a ensuite servi dans les F.F.I. du 1er juillet au 25 août 1944 dans la formation « Eure libé nord Évreux ».
Il participera activement à la libération de la ville d’Évreux. Il sera d’ailleurs blessé au visage par une mine le 23 août 1944 à Melleville alors qu’il se portait à la rencontre des troupes américaines.
PERCEBOIS_Socrate_6FI 1005

3 F.F.I., Messieurs Cornu (préfet de l’Eure), Socrate Percebois (chef d’arrondissement d’Evreux) et Louis Hermier à la Préfecture de l’Eure – Source : Archives municipales d’Evreux, 6Fi1005

 

Il aura plusieurs distinctions :
– Citation « Chef militaire du groupe SNCF de l’Eure puis chef d’arrondissement à Evreux […] à l’éxécution du « Plan Vert » […] et destruction sur les voies ferrées. A participé aux opérations de la libération d’Evreux au cours de laquelle il a été blessé
– Croix de guerre avec étoile de bronze
– Croix du Combattant Volontaire 1939-1945
– Médaille d’Or d’Evreux

Ses descendants ont réalisé une cousinade il y a quelques années.

IMG_20160514_132011


0

I comme Irai

La quête des origines du couple François Vallée et Marie Joséphine Léger m’a mené sur 3 départements différents.
Je les ai croisé pour la première fois pour le mariage de leur fille Alexandrine Eugénie avec Adolphe Victor Dufour le 9 janvier 1860 à Saint-Nicolas-d’Attez (Eure).
Via l’acte de mariage j’apprends qu’Alexandrine Eugénie est née le 27 janvier 1835 dans la commune de Moussonvilliers (Orne). Ses parents y habitent d’ailleurs encore. Un des témoins se trouve être le frère d’Alexandrine : Toussaint, 27 ans, qui habite à Saint-Christophe-sur-Avre (Eure).
Leur fille étant née à Moussonvilliers, j’ai recherché leur mariage dans cette commune mais cela aurait été trop simple.
J’ai leur ai trouvé 6 enfants nés entre 1827 et 1845 à Moussonvilliers mais aucune trace de leur mariage.
Loin de me laisser abattre j’ai mené l’enquête par l’autre bout : la recherche de leurs décès.
Bien entendu ils ne sont pas décédés à Moussonvilliers cela aurait trop facilité la tâche. Il m’a fallu chercher les mariages et décès de certains des enfants pour les pister.
Il ressort que le couple a vécu d’environ 1827 à au moins 1860 à Mousssonvilliers. Lors du décès de leur fils François Toussaint en 1871, ils habitaient à Saint-Christophe-sur-Avre (Eure) et en 1872, lors du deuxième mariage de leur fille Marie Joséphine, ils habitaient à Rohaire (Eure-et-Loir). François y est d’ailleurs décédé le 27 mars 1875. Je n’ai pour l’instant pas trouvé le décès de sa femme.
L’acte de décès de François m’a permis de connaitre sa commune de naissance qui se trouve être la commune de Irai (Orne).
AD28_Roahire_3E316_008_vue54_VALLEE_Francois_D_2

Décès de François Vallée – Source : Archives départementales d’Eure-et-Loir, 3E316/008, vues 53 et 54

J’ai donc centré ma recherche entre les communes de Moussonvilliers et d’Irai pour enfin trouver leur mariage dans la commune de La Poterie-au-Perche (Orne).