Un Chevalier de la Légion d’honneur : Séraphin Schneider

Séraphin Schneider est le fils aîné de mes aïeux Séraphin Schneider et Honorine Chevalier. Il naît le 28 mai 1832 à Châtellerault.

Il entre à la Manufacture d’armes de Châtellerault comme engagé volontaire le 1er octobre 1852, à l’âge de 20 ans comme compagnon platineur*.
* Le platineur est un métier concernant la fabrication d’armes à feu à silex. Il fabrique les pièces de la platine dans les boutiques par forgeage manuel et limage. Il est spécialisé dans les différentes pièces la platine.

Il intègre le 13 régiment d’artillerie le 10 juin 1853 comme canonnier servant.
Au moment de l’inventaire après décès de sa mère, en octobre 1854, il est en garnison à Besançon.
Il fera 2 campagnes avec ce régiment :
– en Italie du 11 mai au 24 août 1859.
Il reçoit une contusion à la joue droite, le 24 juin 1859, à la bataille de Solférino. Il sera décoré pour cela de la Médaille Militaire, le 25 juin de la même année. Il sera également décoré de la Médaille Sarde.
– en Afrique du 25 août 1859 au 16 juin 1860.

Il se réengage le 1er octobre 1860 en tant que compagnon monteur de sabres*.
* Le monteur ajoute à la lame la monture (fusée, pommeau, plateau, quillon) pour obtenir le sabre prêt à l’emploi.

Il est autorisé à la date du 14 avril 1863 à prendre du service auprès du Gouvernement Chinois. Il par le 19 avril 1863 et revient 6 janvier 1865.
Qu’a-t-il pu bien faire pour le Gouvernement Chinois?

Il se marie avec Louise Chevalier le 23 octobre 1865 à Châtellerault. Il y est autorisé par M. le chef d’escadron d’artillerie, co-directeur de la manufacture impériale d’armes, le 7 septembre 1865.
A cette occasion, ils réalisent un contrat de mariage auprès de Maitre Alfred Estevanne le 20 octobre de la même année. On y apprend que :

Le futur époux apporte en mariage et se constitue personnellement en dot :
1° les vêtements, linge, bijoux et effets à son usage personnel dont il n’est pas fait ici d’estimation, attendu la clause de reprise ci-après stipulée
Et 2° une valeur de vingt-sept mille francs en obligation du chemin de fer d’Orléans trois pour cent au porteur.

Ils ont rapidement un premier enfant Valentine, née le 2 novembre 1866 qui malheureusement décède quelques mois plus tard le 30 juin 1867. Quelques mois après, le 23 octobre René Gabriel arrive dans la famille.

Le 9 mai 1868, Séraphin est promu au grade de contrôleur d’armes de 2ème classe à l’Etat Major Particulier de l’Artillerie, à la Direction de Toulouse.

Georges Victor, naît le 11 mars 1869 au domicile de Madame veuve Chevalier, rue des Cordeliers. Le couple est alors domicilié à Bitschwiller. Leur 3ème fils, Emile Eugène naît quant à lui, le 19 mai 1870 à Toulouse.

Séraphin fera une 3ème campagne, du 2 décembre 1870 au 7 mars 1871, contre l’Allemagne.

Leur 4ème et dernier fils, Jules Auguste vient au monde le 12 septembre 1873, à Toulouse.

Il apparaît sur le Livre d’or, édité en juillet 1874, contenant la liste générale des personnes qui ont souscrit pour la reconstruction du palais de la Légion d’honneur, incendié le 23 mai 1871. (voir ici)

Le 12 juillet 1879, Séraphin est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Archives nationales LH/2485/2

Il décédera en juillet 1927 à Toulouse, à l’âge de 95 ans.
Un avis de décès sera publié dans le journal L’Express du Midi et dans celui de La Dépêche du 12 juillet 1927.

La Dépêche du 12 juillet 1927, Gallica

Si quelqu’un sait ce qu’est la Société de Saint-Martin…

Sources :

Archives départementales de la Vienne :
Minute passé devant Maitre Estevanne, en résidence à Châtellerault :
4E46 238, Minute en date du 20 octobre 1865, Contrat de mariage de Séraphin Schneider et Louise Chevalier

État civil de Châtellerault

État-civil de Toulouse

Archives Nationales :
Base Léonore, dossier LH/2485/2

Gallica :
Grande Chancellerie de la légion-d’honneur : Livre d’or contenant la liste générale des personnes qui ont souscrit pour la reconstruction du palais de la Légion d’honneur, incendié le 23 mai 1871.

La Dépêche : journal quotidien (Toulouse), édition du 12 juillet 1927

Une réflexion sur “Un Chevalier de la Légion d’honneur : Séraphin Schneider

  1. Pingback: Nécrologie de René Gabriel Schneider |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s