Instruments de travail de mes armuriers

Selon la plaquette La Manu 1819-2019, durant les premières décennies de la manufacture, la production s’organise encore de façon traditionnelle. Les ouvriers travaillent dans les usines au bord de la Vienne ou dans les boutiques, petits ateliers des bâtiments de l’arme à feu et de l’arme blanche. Ils appartiennent à des communautés de travailleurs constituées d’un maître, de compagnons et d’apprentis.

Dans les inventaires après décès de mes armuriers, on retrouve en effet ces ateliers. Ils contiennent à la fois les outils et mobiliers mais aussi la matière première nécessaires à leur métier.

On découvre dans celui de Joseph Schneider, forgeur de lames, que son atelier se trouve rue Saint-Marc chez François Antoine Bettermann et qu’une partie de ses outils ont été acheté en commun avec lui.

Et à l’instant les comparants Mr Mondon commissaire priseur et les notaires soussignés se sont transportés dans une maison située à Châtellerault faubourg Châteauneuf rue St Marc, appartenant à Mr Bettermann ou existent des outils et ustensiles pour la fabrication des armes dépendant de la communauté d’entre Mr et Mme Schneider.
Et étant arrivés dans la d. maison, il a été procédé immédiatement à la description et prisée des d. outils et ustensiles ainsi qu’il suit :
1ent outils et ustensiles appartenant en entier à la d. communauté
104° une enclume avec ses étampes de dessus et de dessous prisées cent vingt francs
105° un soufflet monté prisé vingt cinq francs
106° une masse pour étamper les lames prisée huit francs
107° plusieurs pièces d’outil pour forger les lames et cuirasses prisés douze francs cinquante centimes
108° deux étaux prisés cinquante francs
109° un das, une balance et ses poids, prisés onze francs
2ent outils et ustensiles appartenant pour moitié à la d. communauté et pour l’autre moitié à Mr Bettermann
110° deux balanciers avec leurs outils prisés cinq cent francs
111° trois soufflets montés et deux bassins prisés quatre vingt francs
112° quatre enclumes avec leurs blocs prisées deux cent soixante francs
113° cinq gros marteaux et différents outils prisés cent cinquante francs
114° cinq étaux et trente paires de tenailles en fer prisés cent dix francs
115° quatre établis en bois de chêne et ormeau prisés quarante francs
116° deux tours avec outils et un petit placard prisés deux cent cinq francs
117° cinquante pièces de différents outils prisés cinquante francs
118° deux cents limes et deux cisailles prisées cent cinquante francs
119° une lampe et huit chandeliers prisés dix francs
120° trois étaux prisés quatre vingt quinze francs
121° une bascule en fonte prisée soixante dix francs
122° un tour prisé cent cinquante francs
123° deux filières avec tarraux prisés soixante dix francs
124° un soufflet prisé trente cinq francs
125° vingt quatre kilogrammes d’acier corroyé prisés trente francs
126° trente kilogrammes d’acier fondu prisés cinquante et un franc

L’atelier de Séraphin Schneider, monteur de sabres, se trouve également rue Saint-Marc.

Dans l’atelier du défunt, il s’est trouvé :
Art. 30 Sept étaux estimés cent francs
Art. 31 Trois établis estimés quinze francs
Art. 32 Deux enclumes et leurs billots estimés soixante francs
Art. 33 Deux cisailles estimées dix francs
Art. 34 Un soufflet estimé vingt francs
Art. 35 Une bascule estimée trois francs
Art. 36 Trois chandeliers de boutique estimés trois francs
Art. 37 Seize marteaux estimés quinze francs
Art. 38 Dix-sept mandrins de différents modèles, huit longueurs, estimés cent francs
Art. 39 Six paires de tenailles estimées trois francs
Art. 40 Onze carreaux estimés trente trois francs
Art. 41 Soixante limes avec manches, vingt neuf lime sans manche à l’état de ferraille, estimées trente francs
Art. 42 Un étau à mains, quarante petits mandrins estimés vingt francs
Art. 43 Un lot de calibres en tôle, un lot de ferraille, une scie, estimés cinq francs
Art. 44 Quatre cruches et deux jarres en grès, estimées deux francs
Art. 45 Une pelle, un crible, deux poëlons, une crémaillère, un pilon estimé un franc
Art. 46 Dix bouteilles et trois cruchons vides estimés un franc
Art. 47 Quinze kilogrammes de ferrailles, un vieil arrosoir, estimés trois francs
Art. 48 Une balance et une série de poids estimés un franc
Art. 49 Un jeu de numéros estimés trois francs
Art. 50 Deux villebrequins, huit mèches, trois poids de plomb, deux étampes, trois matriers, estimés vingt cinq francs
Art. 51 Sept lames et deux sabres estimés douze francs
Art. 52 Quatre pièces de font estimés un francs

Dans l’inventaire après décès de François Antoine Bettermann, monteur de sabres. On découvre que les outils, matériel et matières à l’usage de la profession de M. Bettermann, et qui vont sans doute être cédés au fils aîné déjà désigné par l’artillerie comme devant succéder à son père.

AD86, 4E46 223 – Extrait de l’inventaire après décès de François Antoine Bettermann

Sources aux Archives départementales de la Vienne :
4E2 158 – Minute en date du 22 mai 1858 passée devant Maitre Alfred Martin, en résidence à Châtellerault : Inventaire après décès de Joseph Schneider
4E46 223 – Minute en date du 11 juillet 1862 passée devant Maitre Champigny Barthélémy, en résidence à Châtellerault : Inventaire après décès de François Antoine Bettermann
4E18 333 – Minute en date du 14 mars 1863 passée devant Maitre Paul Emile Chasteau, en résidence à Châtellerault : Inventaire après décès de Schneider Séraphin

CCHA, Plaquette La Manu 1819-2019

Une réflexion sur “Instruments de travail de mes armuriers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s